Présentation

Sans titreDepuis l’émergence des premières civilisations urbaines, le jardin se veut à l’image d’un monde préservé des vicissitudes et des incertitudes du quotidien, reflet d’une nature généreuse et apprivoisée.

A chaque époque son jardin idéal. Qu’il s’agisse du paradis originel ou des vertes terrasses de Babylone, le jardin de l’antiquité se confond avec un verger. Le moyen âge valorise, quant à lui, le potager comme un symbole du paradis perdu et à venir, habité par l’esprit de la vierge et celui de l’amour courtois.

À partir de la renaissance, le jardin devient un art à l’égal de l’architecture et de la peinture, d’abord à Florence et à Rome, puis en France et en Angleterre.

S’appuyant sur de nombreux exemples français, dont l’oeuvre d’André le Nôtre et celle des jardins haussmaniens, cette exposition retrace une quête : celle du jardin idéal qui, selon les époques et les modes, aura été arboré ou potager, fermé ou ouvert sur l’extérieur, cloisonné ou traversé de grandes perspectives, ludique ou mélancolique, architectural ou paysager, artificiel ou écologique…

À l’heure où les espaces verts s’imposent comme les nouvelles agoras urbaines, il était temps qu’une exposition raconte l’histoire dont ils sont le fruit. Pour que chacun regarde enfin les jardins publics pour ce qu’ils sont : des œuvres artistiques à part entière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s