Tous les articles par artotec

Concepteur et gestionnaire de sites sur l'art, Artotec est à l'origine de andrelenotre.com, institut auguste Perret, Le Havre patrimonial, what is Columbo style ?

Peintures paysageres

Paysage fluvial, Annibal Carrache, vers 1599
Après la pluie, Salomon Van Ruysdael, 1631
Paysage avec rivière et arbres, Cornelis Vroom, 1638-39
Vue de Haarlem avec les champs de blanchiment, Jacob van Ruisdael, v 1670
Le moulin de Quiquengrogne, François Boucher, 1758
François Boucher
Greta Bridge, JS Cotton, 1807

7.1. Un jardin pour s’oxygéner (texte)

Jusqu’au XVIIe siècle, les jardins restent l’apanage des classes aisées. Seuls quelques privilégiés en possèdent. Ces jardins privés ne seront ouverts qu’avec parcimonie à un public restreint.

Faute de pouvoir y accéder, la population se promène aux abords des remparts et se rassemble aux portes des villes, dans les espaces dégagés de prairies ou de plaines.

Le modèle du jardin hausmannien va rapidement devenir la référence du Jardin Public et se répandre à travers tout le pays. Cette réinterprétation du jardin à l’anglaise répond en effet en tous points aux attentes de la société française de la fin du XIXe siècle : voir et être vu dans de larges allées bordées de bancs, ombragées de platanes ou de marronniers auxquelles on accède parfois en attelage, se rencontrer dans les restaurants ou buvettes ou le long des sentiers détournés.

7. Jardin urbain (texte)

Napoléon III souhaite offrir aux Parisiens des espaces verts aux quatre points cardinaux de la capitale.

A l’Ouest, il charge la ville de Paris de transformer en 1852 la propriété du Bois de Boulogne en espace vert sur le modèle de Hyde Park à Londres. A l’Est, les terrains militaires du bois de Vincennes sont transformés en un vaste parc à l’anglaise entre 1855 et 1866. En 1864 et 1868 deux autres parcs sont crées et aménagés sur le modèle des parcs londoniens : le Parc des Buttes-Chaumont au Nord et le Parc Montsouris au Sud.

Ces quatre principaux espaces verts forment en quelque sorte « l’appareil respiratoire » de la capitale.  A la fin du XIXe siècle, Paris peut ainsi se lire comme un maillage de grands jardins publics reliés entre eux par des avenues plantées et par de plus petits espaces verts, les squares. 

Le parc des Buttes-Chaumont

Dans le cadre des réalisations urbaines du Second Empire, Napoléon III décide de transformer la butte Chaumont, jusque-là utilisée comme carrière et comme décharge, en parc. Après l’annexion de Belleville à Paris, l’État achète le terrain en 1863, les travaux sont entrepris en 1864 et le parc est inauguré en 1867.

 

6.2. Un jardin pour recenser (texte)

Les premiers jardin botaniques sont créés en Italie, à Padoue, en 1545 et en France, à Montpellier, en 1593. La création du jardin de Padoue s’accompagne de la création de la première chaire de botanique dédiée à un enseignement sur les simples ainsi que par une classification et une nomenclature plus scientifique. Dans le prolongement des Jardins des simples, largement répandus au Moyen Âge et destinés à la culture des plantes médicinales pour les apothicaires, les nouveaux jardins botaniques étendent leurs collections aux espèces provenant de pays lointains pour procéder à leur conservation. Les plantes sont d’abord séchées pour être conservées sous forme d’herbier. Elles sont ensuite acclimatée pour  être cultivées tout au long de l’année pour observées.