5.1. Un jardin pour contempler (texte)

Si le jardin « à la française » relève de l’architecture, le jardin « à l’anglaise » est, lui, affaire de peinture, de point de vue « pittoresque ».

Les jardins s’inspirent très directement des grands peintres du paysage romain, Claude Lorrain et Nicolas Poussin. Créateur des jardins d’Ermenonville, premier jardin à l’anglaise sur le continent, le marquis René-Louis de Girardin compare la promenade dans un jardin à « une grande peinture mobile, se transformant au gré de la course des nuages, du passage des heures et du rythme des saisons » (1)

(1) Le jardin de Méréville, Jacqueline Salmon et Monique moser

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s